L'Italie Secrète

Quand je suis arrivée dans la province de Plaisance, ces terres m’étaient inconnues. Je ne connaissais que de nom cette ville du nord de l’Émilie-Romagne, que les Italiens appellent Piacenza.

Au gré de mes explorations, j’ai découvert une région au riche patrimoine artistique et culturel. Son territoire, qui s’étend de la plaine du Pô aux Apennins, offre des paysages magnifiques. De plus, la cuisine locale, accompagnée des vins du terroir, y est excellente. 

Cette province d’Italie du Nord et son chef-lieu méritent absolument une visite !

Visitez Piacenza, la ville d'Art et d'histoire, dans la région d'Emilie-Romagne en Italie

Ville stratégique par sa position géographique, la cité a été une importante place militaire et plusieurs régiments ont occupé son sol. Des casernes et des zones militaires en témoignent encore aujourd’hui.

Cette présence de l’armée avait fait oublier le rôle important de Plaisance dans l’histoire de l’Italie ainsi que ses innombrables joyaux architecturaux et artistiques.  

Les grandes périodes historiques à connaitre pour visiter Plaisance en Italie

Son histoire commence avec les Romains qui la fondèrent en 218 av. J.-C. sur la rive droite du Pô. À l’origine, la ville n’était qu’une colonie militaire. Elle deviendra avec la construction de la « Via Emilia » et plus tard de la « Via Francigena », un important centre stratégique et commercial.

Pendant le Moyen Âge, elle s’affirme comme l’un des plus grands centres économiques et politiques de l’Italie du Nord grâce à son commerce florissant.  

Au XIVe siècle, elle tombe sous le contrôle du duché de Milan gouverné par la dynastie des Visconti et ensuite des Sforza. La domination milanaise durera jusqu’en 1521. Dès lors, Plaisance passera sous l’autorité des États Pontificaux

En 1545, elle s’élève au rang de capitale du duché de Parme et de Plaisance, fondé par le pape Paul III pour son fils Pierre-Louis FarnèseCependant, ce dernier ne régnera pas longtemps car, mal accepté par la noblesse locale, il sera assassiné. Après sa mort, la capitale est transférée à Parme. Le duché restera sous la dynastie Farnèse, l’une des plus puissantes familles de la Renaissance, jusqu’en 1731.

Les Bourbons d’Espagne leur succèdent avec l’accès au trône de Charles Sébastien, fils d’Elisabeth Farnèse et du roi d’Espagne Philippe V. Mais avec le départ de Charles Sébastien pour Naples, où il prendra ses fonctions de roi des Deux-Siciles, le destin de Plaisance basculera. Elle traversera une période de guerres entre les troupes françaises et autrichiennes pour la suprématie sur le duché. 

À la suite de son occupation par l’armée de Napoléon, le duché passera en 1801 sous le contrôle de la France et deviendra par la suite le département du Taro, organisé selon le modèle français. Plaisance aura dès lors un maire et sera gouvernée par un Conseil municipal. 

À la chute de Napoléon, l’Empereur Autrichien François II d’Habsbourg-Lorraine prend la tête du duché. Il le confiera ensuite à sa fille Marie-Louise d’Habsbourg-Lorraine, ancienne épouse de Napoléon, qui l’administrera jusqu’à sa mort en 1847.  

Comme dans le reste de l’Italie, Plaisance se rebelle contre l’hégémonie autrichienne. À la suite du plébiscite de 1848, elle est la première ville à être annexée au Piémont, d’où son nom de « Primogenita ». Puis son histoire suivra celle de l’Unité italienne avec la création du Royaume d’Italie en 1861 et de la République en 1948.

Le patrimoine artistique de Plaisance avec ses palais, églises et musées

La ville foisonne de superbes palais. Elle compte également d’importantes églises de styles différents. Quant à ses musées, ils cachent des œuvres d’artistes illustres. 

La ville des palais

Dans tout le centre historique, d’immenses et somptueuses demeures nobiliaires bordent les rues. Ce sont des merveilles architecturales. Derrière leurs portails en bois, des grilles en fer forgé d’une grande valeur artistique s’ouvrent sur des cours intérieures et de superbes jardins.

À la fin du XVIe siècle, les austères façades en briques de tradition lombarde deviennent plus gracieuses. Elles sont ornées de décorations et de jolis balcons en fer forgé, réalisés par des artistes locaux.

Les Églises

La ville compte un nombre important d’églises qui souvent ont fait partie des monastères urbains construits au Moyen Âge. Elles sont de magnifiques exemplaires de l’architecture et de l’art religieux. Les principales contiennent des œuvres de grande valeur. 

La coupole de la cathédrale est richement décorée des fresques peintes par le Guerchin. Dans la basilique Sainte-Marie de Campagne, les fresques de la coupole sont attribuées au Pordenone . Les sols de la crypte de la basilique Saint-Savin sont recouverts de mosaïques du XIIe siècle. 

Les Musées

Plaisance possède plusieurs musées. Certes, ils sont intéressants pour leurs contenus, mais également pour l’histoire des édifices qui les accueillent.

Les musées municipaux sont regroupés dans l’imposant Palais Farnèse. Le musée d’Histoire Naturelle a donné une seconde vie à la belle structure des anciens abattoirs du XIXe siècle (la faculté d’Architecture de l’École  Polytechnique de Milan partage les locaux de cet immense complexe architectural). La Galerie d’Art Moderne Ricci Oddi englobe les restes de l’ancien monastère San Siro.

Pour finir, le collège Alberoni est un établissement religieux, construit au XVIIIe siècle, pour la haute formation du clergé. Ils sont tous localisés dans le centre historique à l’exception du Collège Alberoni, situé aux portes de la cité, dans le quartier Saint-Lazare. Visiter les musées de Plaisance, c’est parcourir son histoire des origines à l’époque actuelle et s’émerveiller devant d’admirables œuvres d’art.

Découvrez les trésors de Plaisance, Piacenza lors de votre escapade en Italie du Nord

Il est très agréable de se balader dans son centre délimité par des remparts, dont il ne reste aujourd’hui qu’une partie. Des cinq portes qui permettaient l’accès à la cité, seule la Porte Borghetto a survécu.

Mais voyons en détail les lieux et les monuments à voir pour construire votre itinéraire selon le temps à votre disposition et vos envies

Les places iconiques de Piacenza

La Piazza Cavalli

C’est le cœur de la ville ! C’est là que se retrouvent les Placentins, qu’ont lieu les manifestations locales et le marché hebdomadaire. Le nom de cette place est dû aux statues de Ranuccio et d’Alexandre Farnèse à cheval, œuvre du sculpteur toscan Francesco Mochi.

Elle se situe dans l’ancien quartier médiéval, remodelé au cours des siècles suivants et surtout au XVIIIe siècle, avec notamment la construction du Palais du gouverneur. L’autre palais important qui domine la place est le Palais Gothique (Palazzo Gotico), de style gothique lombard, le lieu où se réunissait le gouvernement communal.

De nos jours, le siège de la municipalité se trouve à quelques mètres du « Palazzo Gotico », dans le Palais des marchands (Palazzo Mercanti).

Place de la Cathédrale

Une charmante petite place bordée d’arcades, créée par le pape Paul III, sur laquelle se trouve la cathédrale Sainte-Marie de l’Assomption et le Palais des évêques.

Le mercredi et le samedi, elle est envahie par les stands du marché hebdomadaire qui s’étend dans une rue adjacente et sur la « Piazza Cavalli ». Le lundi et le vendredi, vous y trouverez le marché paysan avec les produits alimentaires locaux.

En outre, à signaler si vous vous trouvez dans le coin au moment des repas, l’un des plus anciens restaurants pizzeria de la ville. Il propose d’excellents plats traditionnels, mais pas uniquement, à des prix raisonnables. Les propriétaires sont très accueillants et sympathiques. Pour les gourmets et les gourmands, la « Salumeria » vaut le coup d’œil pour sa jolie façade ancienne et surtout pour ses produits du terroir.

 

Place Saint-Antonin (Piazza San Antonino)

La place porte le nom du saint patron de la ville que l’on fête, chaque année, le 4 juillet. A cette occasion, la célébration eucharistique est célébrée par l’évêque de Plaisance-Bobbio et la tradition veut qu’à la fin de la cérémonie, le maire lui remette un cierge en honneur du saint patron. Le 4 juillet est un jour férié durant lequel la ville s’anime d’événements culturels et les rues sont occupées par des stands en tout genre.

Elle se situe au point de jonction des anciennes voies romaines « Via Postumia » et « Via Emilia ». Cette dernière coïncide avec une partie de la « Via Francigena ».

Piazza Borgo

Là, vous êtes en plein cœur des faubourgs du Moyen-Âge. Les boutiques artisanales y faisaient le commerce de peaux et de tissus. La maison-tour des Scotti ainsi que l’église Sainte-Brigitte témoignent de cette période. L’église a vécu un moment important de l’histoire de l’Italie avec la ratification de la paix de Constance de la part de la Ligue lombarde.

La Muntà di Ratt

C’est une rue caractéristique, d’un ancien quartier populaire de Plaisance, bien connue de ses citadins, mais peu de ses visiteurs. On ignore qu’elle est l’origine exacte de la dénomination insolite de cette rue en pente. La légende populaire raconte que lors des crues du Pô, les rats en fuite remontaient la rue, d’où son nom.

Les placentins aiment s’y retrouver, surtout l’été. Un restaurant portant le même nom y sert les plats traditionnels.

Les lieux sacrés à découvrir durant votre escapade à Plaisance en Italie

La cathédrale Sainte-Marie de l’Assomption (Cattedrale Santa Maria Assunta)

Cette année, elle fête ses 900 ans. Construite en 1122 et complétée en 1341, elle représente un exemple du style roman émilien. Elle a connu au cours des siècles de nombreuses restaurations, dont les dernières à la fin du XIXe siècle.

Sa splendeur repose d’une part sur la décoration de sa façade, d’autre part sur les œuvres qu’elle contient à l’intérieur, dont sa coupole entièrement décorée par le Guerchin

Vous pouvez admirer de près, l’œuvre remarquable de cet artiste du XVIIe siècle en y accédant par un escalier. La vasque rectangulaire des fonts baptismaux des IVe et Ve siècles, provenant de l’église Saint-Jean de Domo, est un élément intéressant et particulier pour sa forme.

La basilique Saint-Antonin (Basilica San Antonino)

Ce qui caractérise cet édifice religieux en briques, ce sont sa planimétrie et son architecture singulière, dues à plusieurs transformations.  A l’origine, construite en dehors des remparts, elle fut détruite et reconstruite à diverses reprises.

La structure actuelle, date du XIe siècle, elle a un plan en croix latine renversée et arbore un haut clocher de forme octogonale. Elle conserve les reliques de Saint-Antonin, le patron de la ville et de Saint-Victor, son premier évêque. A l’intérieur, vous pourrez admirer les peintures de Robert De Longe.

Son musée abrite précieusement parmi ses collections, des manuscrits du VIIe au XIVe siècle.

Basilique Sainte-Marie de Campagne (Basilica Santa Maria di Campagna)

Cette église représente un autre remarquable monument religieux de Plaisance. Elle était la chapelle ducale de la famille Farnèse. À ce titre, elle abrite de nombreuses œuvres des artistes les plus illustres de l’époque, dont les merveilleuses fresques de Giovanni Antonio Sacchi, dit le Pordenone. On peut les regarder de près sur des moniteurs à écran tactile.

Réalisée sur une église préexistante à partir du projet d’Alessio Tramello en 1522, elle fête cette année ses 500 ans. Une ancienne chapelle, édifiée en pleine campagne et dédiée à la Vierge Marie, appelée « Santa Maria in Campagnola », lui a donné son nom. La basilique construite à croix grecque a subi des remaniements au XVIIIe siècle. Lotario Tomba a contribué à ce projet ainsi qu’à d’autres réalisations à Plaisance. 

Elle fut le témoin en mars 1095 du Concile de Plaisance, convoqué par le pape Urbain II. Il a été suivi, quelques mois plus tard, par le Concile de Clermont-Ferrand qui se conclut avec l’organisation de la première croisade. 

Eglise Saint-Sixt (Chiesa San Sisto)

C’est un véritable petit joyau, retranché au fond d’une petite rue. 

À l’emplacement de celle-ci, se trouvait une abbaye bénédictine édifiée par Engelberg, l’épouse de l’empereur Ludovic II. Au début du XVIe siècle, elle fut rénovée selon le projet d’Alessio Tramello. Elle conserve à l’intérieur les fresques des frères Campi et des peintures de Jacopo Palma et de Bernardino Zacchetti. Ce peintre a travaillé aux côtés de Michel Ange dans la chapelle Sixtine à Rome

Au-dessus de l’autel, on peut voir la copie de la Vierge Sixtine, peinte par Michel-Ange pour cette église. L’original a été vendu par les moines en 1754 ; il est maintenant exposé au musée de Dresde. 

Basilique Saint-Savin (Basilica San Savino)

Consacrée en 1107, elle fut remaniée aux XVIIe et XVIIIe siècles. Bien que sa façade date de 1721, l’intérieur est en style roman lombard et on peut y admirer sur le sol de superbes mosaïques du XIIe siècle.

En ces lieux, se trouvait un monastère de moines bénédictins, elle est dédiée à l’évêque Savin qui fut le premier évêque à organiser le diocèse de Plaisance.

L’église Saint-François (Chiesa San Francesco)

De style gothique lombard avec son clocher carré et sa structure en briques, elle faisait partie d’un couvent franciscain à trois cloîtres. Il fut démoli en 1805 ; l’église transformée en hôpital et en entrepôt durant l’époque napoléonienne fut réouverte comme église paroissiale par l’évêque français Fallot de Beaumont. 

Les musées emblématiques à découvrir à Piacenza

Les musées civiques du palais Farnèse

Ils retracent l’histoire locale au cours des diverses époques. De véritables chefs-d’œuvre artistiques y sont exposés, notamment « la Vierge adorant l’Enfant » de Sandro Botticelli et le foie étrusque en bronze, une découverte exceptionnelle et significative, pour la compréhension de la religion étrusque.

 

Le début des travaux de cet imposante résidence commença en 1558, sous le règne d’Octave Farnèse et de Marguerite d’Autriche. Il resta toutefois inachevé. Il a représenté le pouvoir et le faste farnésien. 

Avec les Bourbons, le palais perdit sa fonction originelle et fut dépouillé de ses biens. Saccagé par les troupes de Napoléon et reconverti en caserne sous les Autrichiens, il sombra ensuite dans un état d’abandon. Dans les années 1960, un grand projet de rénovation le reporta à sa magnificence et le transforma en musées.

Les musées comprennent :

  • La Pinacothèque : elle permet d’admirer de belles peintures du XVIe au XVIIIe siècle provenant des églises de la ville, mais également de collections publiques et privées. Aussi, elle fait découvrir les fastes farnésiens dans les appartements des ducs, décorés de stucs. Il s’agit d’un cycle de peintures sur toile qui célèbrent les grands événements dont les membres de cette puissante famille furent les protagonistes.  
  • Le musée des carrosses : il réunit dans les souterrains, la prestigieuse et étonnante collection que le comte Dionigi Barattieri a légué à la municipalité. D’autres pièces y ont été ajoutées par la suite. Les exemplaires sont très bien conservés et offrent un panorama de l’évolution des moyens de transport jusqu’au XIXe siècle.
  • La section médiévale : elle contient essentiellement des sculptures et les fresques détachées des murs de la chapelle de l’église Saint-Laurent dédiée à Sainte-Catherine. En outre, une section « Armes et Armatures anciennes » est proposée aux visiteurs.
  • Le musée du « Risorgimento » : il relate au visiteur comment Plaisance a vécu cette période historique qui a abouti à l’unité italienne.
  • Le musée archéologique : installé dans la Citadelle Visconti, il fait voyager le visiteur de la préhistoire aux Lombards en passant bien entendu par l’époque romaine. 15 salles, situées dans les souterrains, illustrent cette période.

La galerie d’Art Moderne Ricci Oddi

En 1924 le collectionneur placentin Giuseppe Ricci Oddi décida de faire don à la municipalité de son entière collection d’œuvres d’art. Il chercha donc un lieu pour exposer au public ce remarquable patrimoine. Son choix se fixa sur l’ancien couvent de San Siro dont les restes furent intégrés dans la structure du musée. 

Dans ses salles sont exposées plus de 700 œuvres d’artistes locaux, nationaux et étrangers du XIXe siècle à nos jours. Parmi ceux-ci, on peut nommer Boccioni, De Pisis, Cassinari, Boldini, Hayez. La pièce maîtresse de la galerie est le tableau de Gustav Klimt « Portrait d’une dame ». Pour la petite histoire, cette peinture disparue il y a 22 ans, a été retrouvée en 2019 dans le jardin de la Galerie.

Le musée d’histoire naturelle

Ce musée de dernière génération, se situe dans les anciens abattoirs municipaux construits à la fin du XIXe siècle. Le cadre est original, car à l’intérieur de l’édifice, on peut observer les anciennes machines de fabrication de la glace, nécessaire pour la conservation des viandes.

Équipé de supports multimédias, il retrace l’histoire du territoire de la province de Plaisance, en recréant ses milieux naturels, de la plaine du Pô aux Apennins. 

Le Collège Alberoni

Le collège est situé dans le quartier Saint-Lazare à l’est de Plaisance. Il porte le nom du Cardinal Alberoni, un homme politique (il fut le Premier ministre du roi d’Espagne), d’une grande culture et passionné d’art. Il fit construire l’établissement en 1751, pour donner la possibilité à des jeunes de familles modestes, de recevoir une formation cléricale. Aujourd’hui encore, le séminaire accueille des futurs prêtes.

Le musée, divisé principalement en deux parties, regroupe les œuvres ayant appartenu au cardinal. La première, consacrée à l’art, conserve la collection de peintures et de tapisseries des XVIe et XVIIe siècles, ainsi que des objets sacrés. Les tableaux les plus précieux sont exposés dans ses appartements privés ; vous pourrez y contempler,  l’oeuvre d’Antonello de Messine, “Ecce Homo”, ce grand maître du XVe siècle.

La seconde est réservée aux sciences. Elle comprend un très intéressant cabinet de physique du XVIIIe siècle et un musée de Sciences Naturelles avec une section géologie et paléontologie. On a retrouvé sur le territoire de Plaisance et de Parme, d’innombrables fossiles datant du pliocène. 

Mes conseils pratiques à connaitre pour votre séjour en Emilie-Romagne, à Plaisance

Quand se rendre à Plaisance ? 

La période la plus agréable est du début avril jusqu’à la fin d’octobre. Pour ceux qui n’aiment pas trop la chaleur, les mois de juillet et août sont chauds.

Comment se rendre à Plaisance ?

Plaisance est bien desservie par le réseau autoroutier et ferroviaire, elle est également proche des aéroports de Milan. Elle se trouve à 67 km de Milan, à 65 km de Parme, à 150 km de Gênes et à 151 km de Bologne.

Quelle durée prévoir pour votre visite dans la ville de Piacenza en Italie du Nord ?

Vous pouvez y passer une ou deux journées, voire plus si vous souhaitez explorer la province et vous immerger dans ce territoire, riche en traditions culinaires et viticoles.

Ce voyage vous fera découvrir les extraordinaires paysages de ses collines et de la plaine du Pô, ainsi que ses jolis villages médiévaux. Aussi, vous pourrez visiter ses superbes châteaux appartenant toujours pour certains, aux grandes familles nobles placentines.

Je vous le conseille vivement !

Quels sont les meilleurs restaurants où manger à Plaisance en Emilie-Romagne ?

Vous avez l’embarras du choix. Cependant, si vous voulez goûter les plats typiques de la cuisine placentine,  je vous suggère ces 5 « trattorie » traditionnelles au décor d’autrefois (il est préférable de réserver à l’avance surtout le week-end) :

Tre ganasce – via S. Bartolomeo n° 62,

Osteria d’una volta – Via San Giovanni n° 36,

La Pireina – Via Borghetto n° 137, 

Antica trattoria dell’Angelo https://www.anticatrattoriadellangelo.com/,

Antica Trattoria di Borghetto http://www.anticaosteriadiborghetto.com/.

Que vous aimiez l’histoire, l’art, la nature, la bonne cuisine et le bon vin, Plaisance et sa province répond à tous vos désirs. C‘est l’endroit idéal pour découvrir une région méconnue du Nord de l’Émilie-Romagne, peut-être plus lombarde qu’émilienne, compte tenu de sa position aux confins de la Lombardie.

Lors de mes prochains articles, je vous parlerai de la province de Plaisance ainsi que de sa cuisine.

Article mis à jour le 16 octobre 2023

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *