L'Italie Secrète

Découvrez à mes côtés les arcades de Bologne, monuments architecturaux qui distinguent cette belle cité émilienne. Bologne surnommée la Savante, la Rouge et la Grasse se caractérise aussi par ses magnifiques arcades. Véritable identité urbaine de cette commune de l’Émilie-Romagne, elles s’étalent sur 62 kilomètres, dont 42 dans le cœur de la vieille ville.

En effet, les portici sont partout, ils abritent des rues, des passages et des trottoirs. Ce qui est bien pratique pour se protéger de la pluie et du soleil au gré des saisons. Allez, suivez-moi ! Dans cet article, je vais vous dévoiler lors d’une promenade, ses joyaux classés récemment au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Sous les arcades de Bologne

Les arcades : une invention ingénieuse qui traversa l’histoire de la capitale émilienne

Les premières arcades voient le jour au Moyen Âge pour répondre à des besoins croissants de logements, alors que l’université de Bologne accueille un grand nombre de professeurs et d’étudiants.

Ce système vient déjouer au départ une loi qui, au XIe siècle, interdit d’ajouter des étages aux habitations et d’augmenter la superficie au sol de ces dernières. La solution est donc toute trouvée… On élargit le premier étage au-dessus de la rue, le faisant reposer sur des piliers.

L’idée a tellement plu, qu’en 1288, la municipalité impose à toute nouvelle construction d’ajouter des arcades. Leur hauteur est réglementée à 2,66 mètres précisément, de façon qu’un homme à cheval puisse passer .

Dès lors, au fil des siècles, la capitale de l’Émilie-Romagne se dota de longues galeries, édifiées en bois, en pierre, en briques et même en béton, selon les modes et les matériaux utilisés aux diverses époques.

Ces couloirs deviennent un lieu social et commercial, où les artisans établissent au rez-de-chaussée des immeubles, leurs ateliers et les commerçants étalent leurs marchandises. Des simples demeures médiévales avec des colonnes en bois, c’est sous la Seigneurie de la famille Bentivoglio que les immeubles à arcades s’embellissent de décorations.

Les arcades Patrimoine de l’Unesco

Depuis 2021, une partie des arcades et leurs constructions adjacentes sont inscrites au Patrimoine de l’Unesco. Elles s’étendent du centre historique aux quartiers plus périphériques de Bologne.

Pour les marcheurs, elles sont l’occasion de découvrir la ville et ses lieux incontournables entièrement à pied. Vous pouvez néanmoins, rejoindre les endroits les plus éloignés avec votre propre véhicule ou les transports publics. En revanche, il est difficile de circuler dans le centre-ville en voiture. Au besoin, empruntez les tramways ou louer un vélo ! Notre découverte pédestre débute par la Porta Galliera (proche de la gare Bologna Centrale).

3 itinéraires pour découvrir Bologne et le charme de ses arcades

Un parcours complet de la Porta Galliera à Via Farini en passant par Via Minzoni

Remontant la Via Galliera, une succession de superbes palais exultent la richesse des familles bolognaises des XVe et XVIe siècles. Notez, en particulier le Palazzo Bonasoni, où siège le service patrimoine culturel de la régione Émilie-Romagne. 

Les passionnés d’art moderne, en profiteront pour faire une halte au MAMbo, situé non loin, Via Minzoni, l’un des plus grands musées d’art contemporain d’Italie. Installé dans l’ancien four à pain communal, ce bâtiment à arcades est un remarquable exemple de récupération d’édifices industriels. 

En tournant à droite, Via Volturno ou plus loin Via Manzoni, vous rejoindrez la Via dell’Indipendanza. Cette longue rue commerçante parallèle à Via Galliera vous conduira tout droit à la Piazza del Nettuno et puis Piazza Maggiore

Vous pénétrez ainsi dans la partie la plus ancienne de la commune émilienne où se dressent les arcades du Pavaglione et de l’Archiginnasio, le siège de la première université du monde occidental.

En continuant Via dell’ Archiginnasio, vous traversez la Piazza Galvani, qui débouche dans la Via Farini. Les portiques de cette rue couverte élégante, bordée de boutiques de luxe sont finement décorés. Tournant à gauche, vous croiserez sur votre chemin les places Cavour et Minghetti.

De la Via Farini a Via Santo Stefano et Strada Maggiore

La Via Farini s’embranche avec la Via Santo Stefano. Deux itinéraires se dessinent alors devant vous.

D’une part, vous pouvez descendre cette voie jusqu’à la porte baptisée du même nom. De la grande voûte du Baraccano, s’ouvre une jolie vue sur l’église Santa Maria del Barracano. Ensuite, revenez sur vos pas jusqu’à rencontrer sur votre droite la via Fondazza (dans cette rue habitait le peintre Giorgio Morandi). Elle vous amènera tout droit sur la Strada Maggiore, qui n’est autre que la partie urbaine de l’ancienne Via Emilia qui divisait la cité médiévale en deux. Tout le long de la Strada Maggiore, une grande variété de portiques édifiés à différentes périodes s’offre à vous. 

Parmi les plus remarquables, ceux du parvis de l’église Santa Maria dei Servi et Casa Isolani, un rare exemple de portiques médiévaux en bois considérés comme les plus vieux d’Europe. Faites les curieux et entrez dans cette ancienne demeure, un passage vous conduira sur la Piazza Santo Stefano.

De jolis palais à arcades contemplent l’extraordinaire et très ancien complexe religieux des Sept églises, appelé aussi Basilica Santo Stefano. Un petit trésor architectural ! Ensuite remontez Via Santo Stefano en direction de la Loggia dei Mercanti (Piazza della Mercanzia), un joli palais édifié à la fin du XIVe siècle et des tours Asinelli et Garisenda (elles sont fermées actuellement). 

Pour un parcours plus court, prenez à gauche à la fin de la Via Farini. Vous atterrirez directement à la Basilica Santo Stefano.
Des tours, dirigez-vous vers Via Zamboni, le quartier étudiant, une autre rue couverte riche de points intéressants : les bâtisses plus récentes de l’université, la Basilica di San Giacomo Maggiore et l’Oratorio di Santa Cecilia, puis dans le voisinage la Pinacothèque nationale et l’Académie des Beaux-Arts.

De la Porta Saragozza au Santuario della Vergine di San Luca

De la porte Saragozza et de l’Arco Bonaccorsi, vous quittez le centre de Bologne vers les collines bolognaises et le Colle della Guardia, dominé par le Santuario della Vergine di San Luca

Le trajet de presque 3 800 mètres est un long couloir entièrement couvert (attention le parcours n’est pas uniquement plat) composé de 666 arcs. Un projet remarquable de Gian Giacomo Monti qui fut réalisé aux XVII et XVIII siècles.  

Le long de votre parcours, le cimetière monumental de la Chartreuse (la Certosa), relié par un portique au sanctuaire de San Luca, mérite un arrêt. 

Du sanctuaire, vous bénificierez d’une vue panoramique sur Bologne et ses environs.

Avant de vous engager sur la route de pèlerinage, vers la fin de la Via Saragozza, vous intercepterez la Via San Caterina à droite, une quartier populaire de la vieille ville très coloré où les immeubles à arcades rénovés remontent au Moyen Âge.

Curiosités et infos pratiques sur les arcades de Bologne la ville rouge

Pour terminer cet article, je vous livre quelques curiosités sur les arcades de la ville rouge, ainsi que des évènements liés aux portici.

Le saviez-vous ?

Le portique le plus large est celui de la basilica di Santa Maria dei Servi dans la Strada Maggiore.

Et le plus haut ? Il s’agit du palais de l’archevêque, via Altabella avec une loggia d’une hauteur de 10 mètres. Pour voir le plus étroit, faites un tour Via Senzanome, ce trottoir couvert a une largeur de 95 centimètres.
Quant à la longueur, les arcades de San Luca battent le record mondial avec ses 3,8 kilomètres ! Pour localiser les différents sites du patrimoine Unesco, c’est par ici.

Visites guidées

Si vous disposez de peu de temps pendant votre séjour à Bologne, l’Office de Tourisme propose une visite guidée des arcades et de San Luca en minibus. Consultez ce lien pour toutes les infos.

Le Portici Festival

Et pour finir depuis 2023, les arcades prennent des airs de fêtes avec le Portici Festival

Pour l’occasion, une série d’évènements culturels rendent les portiques, les grands protagonistes de cette très ancienne ville universitaire de l’Italie du Nord.
Rendez-vous donc pour cette manifestation, en 2024 !

Bologne est une ville moins connue que ses illustres voisines. Pourtant elle n’a rien à leur envier avec ses arcades qui lui confèrent sa personnalité, aussi pour son riche passé historique et son remarquable patrimoine artistique et culturel. Prenez-la en considération pour votre prochain voyage dans la péninsule, vous serez enchantés ! 

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager. Pour échanger sur cette belle destination, n’hésitez pas à me contacter.